Inscription à la newsletter
Connexion

Actualités

Partager sur :
23 juillet 2021
Carrières

Moins de recrutements en 2020

Vue 138 fois

En attendant les résultats propres aux alumni ENSEA, revue des principaux enseignements de la 32ème enquête IESF auprès des anciens élèves des écoles d’ingénieurs françaises et des diplômés scientifiques (Bac+5 et plus) des universités françaises.

La fédération Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF) a publié en juin les résultats de son enquête annuelle, menée entre février et mi-avril 2021. Avec plus de 53 000 réponses (dont 447 provenant d’ingénieurs ENSEA), « elle reste une référence pour l’analyse de la situation socio-professionnelle et du parcours des ingénieurs depuis plus de 60 ans », se félicite IESF.

 

 

Un tiers des ingénieurs travaillent en Île-de-France

  • 1 160 000. C’était au 31 décembre 2020 le nombre d’ingénieurs diplômés en France, dont près de 80 % étaient en activité.
  • 34 % travaillent en Île-de-France et 51 % dans les autres régions.
  • 96 % ont le statut cadre et 95 % sont en CDI ou fonctionnaires.
  • 77 % sont satisfaits ou très satisfaits de leur emploi.
  • La médiane des salaires des ingénieurs de moins de 30 ans s’établit à 40 000 €. Elle est monte à 53 000 € pour les trentenaires, 72 000 € pour les quadras et 90 200 € au-delà.
  • 1 jeune a trois fois plus de chance d’être ingénieur qu’en 1980, l’ouverture sociale s’effectuant avec les boursiers et ceux qui choisissent l’apprentissage toujours plus nombreux (+8 % par an). L’occasion de rappeler que le cycle apprentissage de l’Ensea a été validé par la Commission des titres d’ingénieurs (CTI) il y a tout juste 30 ans, en 1991 (les premiers diplômés sortiront en 1994).

 

Moins de recrutements et de mobilité avec la crise sanitaire

  • « Les conséquences du Covid-19 semblent être concentrées sur l’insertion des jeunes diplômés et la réduction des recrutements » : 109 000 en 2020, contre 126 000 un an plus tôt.
  • Les craintes de perdre son emploi ont diminué par rapport au premier confinement de 2020.
  • La proportion de jeunes diplômés en recherche d’emploi a pratiquement doublé et les mobilités professionnelles ont été moins nombreuses (-16 %) ».
  • 43 % des demandeurs d’emploi considèrent que la crise sanitaire a bloqué leur recherche.
  • 32 % des départs ou pertes d’emploi en 2020 sont liés à la crise sanitaire, de même que 17 % des poursuites d’études des diplômés de 2020.

Voir la synthèse des résultats dans le PDF ci-contre. L’enquête complète est disponible en vente sur enquete.iesf.fr.

 

Les résultats propres aux ingénieurs ENSEA seront publiés dans un prochain numéro de la newsletter trimestrielle d’ENSEA Alumni.




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.